Portrait d'Albert Uriet à l'époque où il connut Paulhan

Albert Uriet

Albert Uriet, premier illustrateur du « Grand Meaulnes », naît le 7 janvier 1889 à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), de père menuisier et de mère couturière. Il se marie à Paris le 26 janvier 1922 avec Germaine Huet, dont il divorcera en novembre 1940. Germaine Huet était la cousine de Germaine Dauptain, seconde épouse de Jean Paulhan. Il décède le 25 mars 1954 à Saint Symphorien (Indre-et-Loire).

Albert Henri Uriet entre en apprentissage chez un marchand de vélos à Fontenay-aux-Roses, puis il fréquente l'Ecole des arts décoratifs de la rue d'Ulm, à Paris. Après une exposition à la Galerie André (rue des Saints-Pères), il entre chez Rvepp, un suisse allemand installé rue Bergère, à Paris, où il exerce l'activité de [ ? ].

Pendant la guerre de 1914, Albert Uriet est mobilisé au fort de Saint-Denis puis à ceux de Vincennes et de Beauvais, où il fait la connaissance de Jean Paulhan. Une forte amitié les liera pendant des années.

En 1918, il fait quelques dessins pour un quotidien, puis pour le théâtre guignol. Ensuite, il entre à la fonderie Deberny-Peignot et se lie avec André Mouron (Cassandre).

En 1925, il loue un château à Saint-Vigord pour y tenir une pension de famille. C'est là qu'il réalise l'illustration du Grand Meaulnes pour le compte de l'Association des médecins Bibliophiles.

La maison Mame et fils, à Tours l'engage alors comme illustrateur. Pendant l'occupation, le clergé de Bretagne avait mis Les Grandes heures de la Duchesse Anne de Nantes à l'abri à la cathédrale de Tours. La maison Mame, en accord avec l'archevêque, s'en inspire pour faire un missel qui sera illustré par Albert Uriet.


Ressources

Images d'oeuvres d'Albert Uriet

Traces du Grand Meaulnes dans Le pont traversé (1921) de Jean Paulhan
(La guerre et la rencontre de Paulhan avec Albert Uriet)


Textes parus dans la NRF

Les textes qui suivent, publiés dans La Nouvelle Revue Française, sont regroupés en quatre grands ensembles, les textes de Albert Uriet, les notes et chroniques de l'auteur, les textes sur l'auteur et enfin, s'ils existent, les textes traduits par l'auteur.


Notes de Albert Uriet

Ces textes de Albert Uriet peuvent être des notes de lecture d'ouvrages, des notes d'humeur, des critiques de spectacles, des faits-divers, des textes inédits... Ils ont paru dans une "rubrique" de la NRf : Chronique des romans, L'air du mois, Le temps comme il passe , etc. ou dans un numéro d'hommage.

  1. Saint-Roch, 1936-02-01, L'air du mois

Répartition temporelle des textes parus dans la NRf (1908—1968)

On trouvera représenté ici la répartition des textes dans le temps, réunis dans les quatre catégories précédemment définies : Textes, Notes, Traductions, Textes sur la personne.