La NRF de Jean Paulhan

Laurence Brisset

La NRF a sa légende : son «rayonnement», son «esprit» nous sont familiers, comme les noms d'André Gide, de Jacques Rivière ou de Gaston Gallimard... Seul Jean Paulhan, qui l'a pourtant dirigée de 1925 à 1940 puis de 1953 à sa mort en 1968, nous demeure étranger. Ce livre se propose d'éclairer la figure singulière de cet homme qui a réinventé la plus grande revue littéraire du XXe siècle. En accord et en contraste avec la maison d'édition dont elle était à la fois le laboratoire, la vitrine et la critique, les écrivains les plus divers devaient s'y affronter, les textes agir les uns sur les autres, le tout créer des étincelles : La NRF accueillit à la fois les surréalistes et François Mauriac, Henri Michaux et Paul Léautaud, Francis Ponge et Marcel Jouhandeau, les poètes de l'heure et les poètes du dimanche...

Plus qu'une revue littéraire, La NRF de Paulhan se voulait la revue de toutes les littératures, de tous les mondes et de tout le monde. Elle était aussi la revue de toutes les revues car Paulhan en a dirigé d'autres, plus confidentielles, que ce livre s'est également proposé d'évoquer.

Derrière les paradoxes, les pirouettes et les jeux de rôle, nous découvrons un homme et un écrivain d'une belle exigence et d'une étonnante modestie.


[Première partie : L’esprit Paulhan à La NRF]

I- La direction de La NRF

Auprès de Rivière

Une entrée discrète en littérature
Le secrétaire appliqué

Malgré Gide et Gallimard

La tutelle trompeuse de Gide
Le poids de Gaston Gallimard
Le contre-pouvoir de Jean-Guérin

Avec Arland

Une direction assistée
Les dernières dérobades

II- Une politique littéraire

La démocratie à La NRF

L’extrême milieu
Il ne faut pas compter sur La NRF

Résistance à la tyrannie

Slogans des jours sombres
La responsabilité de l’écrivain

Noblesse de plume

Une politique de débat
Une littérature de combat

III- Les fleurs de La NRF

Les terroristes

Portrait de la Terreur
Une NRF terroriste

Les rhétoriqueurs

Portrait du terroriste en rhétoriqueur
"La Nouvelle Rhétorique française"

La figure précise du mystère

L’identité des contraires
Les couleurs de La NRF

[Deuxième partie : Paulhan ou l’esprit de revue]

I- La revue des revues

Le médiateur idéal

Paulhan ou le don d’ubiquité
Le temps de la clandestinité
L’heure de la controverse

Dans l’atelier du directeur

Un directeur empressé
Un directeur sous pression
L’esprit de revue

II- Une poétique de la revue

La littérature à l’état naissant

Spécificité de la revue
Ébauche de solution

"La suite au prochain numéro"

Le roman-feuilleton
L’air de la revue

[Troisième partie : L’illusion du directeur]

I- L’art d’influencer

Paulhan, le clerc obscur

Le personnage pittoresque
La Terreur dans les lettres

Un directeur de conscience ?

Le sorcier
Le sourcier

La mauvaise conscience des écrivains

La conscience en plein jour
L’intention de l’auteur

II- J.P. ou le lecteur

Le lecteur idéal

Un lecteur clairvoyant
Un lecteur minutieux

L’éditeur malgré lui

Le métier de lecteur
Métamorphoses

Le lecteur découvreur

L’heure de la critique
Le silence du lecteur
Conclusion


Comptes-rendus :

Monique Nemer, « Jean Paulhan, le pouvoir littéraire et le secret », Le Monde des Livres, 11 avril 2003, p. IV
Bernard Baillaud, « La NRF de Jean Paulhan, par Laurence Brisset », La Revue des Revues, n° 33, [août] 2003, p. 117-122


Voir aussi :

Claire Alfonsi, Les « documents » dans La NRF des années 1930, Fabula


Lien vers la page de l'éditeur

Notice du catalogue général de la BNF